Apparition de 
l'Icône  de la Mère de Dieu 
de Tikhvin
 
 
 

09/07 - 26/06


 
 
En 1383, des pècheurs sur le Lac Ladoga dans la principauté de Novgorod le Grand furent témoins de son apparition, affleurant à la surface des eaux du lac, au milieu d'une lumière radieuse. 
 Peu après cette apparition miraculeuse, l'icône fut découverte en plusieurs villes des environs, incluant le village de Motchenitsy sur les rives de la Rivière Tikhvinka, avant qu'elle apparaisse finalement près de la ville de Tikhvin. Une église en bois dédiée à la Dormition de la Mère de Dieu fut bâtie sur le site du repos final de l'icône. Miraculeusement, l'icône survécut à nombre d'incendies. 
Au début du XVIe siècle, par le zèle du grand prince Basile Ivanovich, une église en pierre fut bâtie pour remplacer la structure originelle en bois. En 1560, sur ordre du tsar Ivan le Terrible, un monastère d'hommes fut établi près de l'église et inclus dans un mur de pierre. 
En 1613-1614, l'armée Suédoise, s'étant emparé de Novgorod, mena plusieurs tentatives pour détruire le monastère. Les innombrables prières à la Théotokos devant l'icône furent entendues, et le monastère fut épargné. En une occasion, après que les moines aient été alertés de l'approche de l'armée Suédoise, ils décidèrent de fuir en emportant l'icône. Mais les moines découvrirent vite qu'ils ne pouvaient retirer l'icône de sa châsse. Voyant en cela un signe de la protection de la Théotokos, les moines décidèrent de ne pas abandonner le monastère, suppliant la Mère de Dieu de les épargner eux et leur bien aimée maison spirituelle. A leur grande surprise, une importante armée Moscovite apparut pour défendre le monastère et les Suédois firent retraite immédiatement. 
La copie de l'icône fut emmenée à Moscou et enchâssée dans la cathédrale de la Dormition du Kremlin. 

A travers les siècles, la célébrité de l'icône se répandit loin et vite. Des copies de l'icône miraculeuse commençèrent à orner des églises à travers le pays. Certaines de ces copies furent elles aussi trouvées sources de miracles. 
Le plus miraculeux est le fait que cette icône fut préservée de la destruction ou de la vente après la révolution Russe. Durant les années 1920, le gouvernement communiste demanda que l'Eglise Russe Orthodoxe lui remette d'innombrables icônes et d'autres précieux objets liturgiques, qui par la nationalisaton de la propriété privée étaient considérés comme "propriété du peuple". 

Durant la Seconde Guerre Mondiale et l'occupation des Allemands, les Nazis retirèrent l'icône du monastère de Tikhvin, et de là elle fut emportée à Pskov, puis à Riga, Lituanie. Quand la ville fut évacuée, l'évêque Jean› [Garklavs] de Riga  emmena l'icône en Bavière, où elle fut vénérée par les fidèles Orthodoxes qui avaient été déplacés à cause de la guerre. 
De crainte que des agents soviétiques repèrent l'icône, l'évêque Jean reçut la permission d'emener l'icône aux Etats-Unis en 1949, sous le prétexte que l'icône qu'il avait était une reproduction, oeuvre d'un simple moine, et qu'elle n'avait donc› ni valeur historique ni valeur monétaire. Peu après son arrivée aux Etats-Unis, l'évêque Jean, qui sera plus tard élevé au rang d'archévêque, fut élu au siège du diocèse de Chicago, et l'icône fut régulièrement montrée et vénérée dans la cathédrale de la Sainte Trinité de Chicago.› 

En 2003, la décision fut prise de renvoyer la précieuse icône dans sa maison originelle. L'icône entama son long voyage d'un an vers la Russie au 99ème pélerinage annuel au monastère de Saint-Tikohn, South Canaan, Pennsylvanie, du 23 au 26 mai 2003. 

L'icône suit le modèle "Hodigitria" et est similaire en style à l'ancienne icône Iveron de Notre Dame. Elle diffère en ce que les jambes de l'Enfant-Christ sont croisées, avec la semelle de Ses pieds tournées vers celui qui regarde. Nombre de sources historiques notent que plusieurs autres icônes Hodigitria de la Théotokos ont été apportées en Russie dans les années 1380, durant le règne du saint prince Dimitri Donskoy.